Ferme de Dixmerie 

Route de Chasnais, 85580 Triaize

06 88 55 69 49

Ce site n'utilise pas de 'cookies'.

Notre RGPD

Ferme biologique au cœur du Marais poitevin

Webmaster : Martin HOLMES accord-services.com. Conception originale Marion CORTELL.

Crédit photos : Antoine Noirian,  Stephane Messer, Gilles des Touches, Michel Clement,

Guy Chevalier, Marie-Pierre Gourdon, INRAE Fondation de France GISCAN,  © 2021

Nous et notre état d'esprit

Sophie des Touches

Laborantine de formation, Sophie, originaire de Vix (85770) est arrivée à Triaize en 1990.  

 

Elle devient chef d'exploitation de la ferme de Dixmerie en 2002. 

 

En 2021, la ferme fait environ 220 hectares, dont une centaine d’hectares en pleine propriété. Elle est au cœur des dernières grandes prairies naturelles humides du Marais poitevin.

 

Sophie s'est toujours attachée à produire en harmonie avec son environnement. Son regard sur le troupeau et son caractère déterminé lui confère cette énergie efficace pour conduire cette aventure maraichine.

Hugues des Touches

Passionné d'ornithologie depuis son adolescence, Hugues des Touches a été, jusqu'en février 2019, Conservateur de la réserve naturelle nationale "Michel Brosselin" de Saint-Denis-du-Payré.

 

Durant 34 ans, il s'est fortement impliqué dans de nombreuses commissions environnementales, à caractère techniques et scientifiques. Ardent défenseur de la biodiversité, à l’échelle du Marais poitevin, il a contribué à y conforter la place des espaces protégés et la protection des espèces, par les voies réglementaires ou contractuelles.

 

Aimant partager sa passion, il a donné de nombreuses conférences sur ce patrimoine menacé. Il vient de décider de passer à "l'exercice pratique" en s'installant avec son épouse à la Ferme de Dixmerie sur les grandes prairies naturelles humides du Marais poitevin. 

Notre état d'esprit

54 % de la surface de la France est agricole. Sophie et Hugues sont persuadés que les enjeux nationaux et internationaux pour le climat et la biodiversité doivent passer par une réorientation urgente des modes de production.

 

Dans ce contexte, ils souhaitent :